Le lean management mis en question

6 nov

Déployé à partir des années 1980 et inspiré du système de production de Toyota, le lean s’est largement propagé en revendiquant l’amélioration des conditions de travail à travers l’ergonomie des postes, le management de proximité et l’expression des salariés.

Modèle d’organisation du travail très répandu, le lean vise la performance de l’entreprise tout en prenant en compte les salariés. Cependant, certains acteurs et observateurs de la santé au travail pointent la nécessité de mettre en place une réflexion sur la santé des salariés parallèlement à la mise en place du lean. Ces points de vue sont-ils justifiés ?

 Les promesses du lean management

De nombreuses entreprises françaises ont déjà adopté le lean. Rechercher la performance tout en donnant plus de crédit aux salariés séduit aujourd’hui les managers car le lean management c’est avant tout permettre aux managers d’être à l’écoute des équipes et d’introduire davantage de consultations des salariés au travail. Donner davantage de poids aux salariés et favoriser l’information ascendante permettraient ainsi de favoriser le bien-être des employés. Le lean peut donc être facteur de performance et de bien être au travail.

Des avis divergents

 Aujourd’hui, le lean management fait débat. D’un côté, il y a ceux qui voient le lean comme étant porteur d’opportunités sur les conditions de travail et l’implication des salariés à travers leur participation à la vie d’entreprise. D’autre part, certains pointent du doigt les risques inhérents à sa mise en place : la recherche de réduction des coûts qui augmente la cadence, la plus grande division du travail et l’augmentation des cas de troubles musculosquelettiques (TMS) ou de risques psychosociaux (RPS) observée par des médecins du travail après la mise en place d’une organisation Lean.

Parmi ces divers avis, il est donc difficile d’établir une conclusion car une chose est certaine, le lean est paradoxal. Et vous, pensez-vous qu’il répond à une démarche de qualité de vie au travail ?

 Pour en savoir plus : http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/publications/NOTINMENU_affichage_document?p_thingIdToShow=34537611

Claire Leduc

 

3 Réponses to “Le lean management mis en question”

  1. Anne-Laure 10 novembre 2013 at 13:33 #

    Belle synthèse des avantages du lean pour les salariés et des risques réels qu’il faut absolument prendre en compte dès le début du déploiement du lean.
    La réduction des coûts peut se faire en même temps que l’amélioration de la sécurité au travail. Celà suppose de mettre l’amélioration des conditions de travail au même rang que l’amélioration de la compétitivité. Souvent, on préfèrera même mettre l’objectif santé en premier, ça permet de contrer la tendance naturelle de penser productivité en premier !

  2. Eric 15 novembre 2013 at 22:44 #

    Bonjour à tous,

    Le dossier de l’ANACT est intéressant, car il donne la parole aux différents acteurs (adeptes comme détracteurs). De plus, la fin du document est réservée à des témoignages d’entreprises. Du réel, du concret…

    Mais alors, si ce dossier est honnête et assez exhaustif, pourquoi sa lecture me frustre-t-elle encore ?

    Ce qui me frustre, c’est que l’on définit le Lean à partir de la façon dont il est mis en œuvre au sein des entreprises.

    Or cette mise en œuvre est très souvent ratée.
    Ou bien l’entreprise est en cours d’apprentissage et a fait des erreurs.

    Au point d’écrire que : « au quotidien, il (le Lean) contient des paradoxes : il prétend mettre sous tension sans mettre la pression, faire appel à l’expertise des salariés, mais pour mieux la standardiser, compter sur leur autonomie, mais dans un cadre très formalisé. »

    Et de façon classique ressurgissent inévitablement certaines affirmations « à charge » :

    – Le Lean supprime les temps de récupération
    – La standardisation étouffe l’expertise, la créativité et l’apprentissage
    – Le Lean génère l’intensification du travail et exerce une pression sur les opérateurs
    – Le Lean supprime toutes les marges de manœuvre en cas d’aléas et laisse les opérateurs
    face à leurs problèmes

    Pourtant, chaque fois qu’il m’a été donné l’occasion de voir une entreprise sur la voie du Lean, la première des choses qui me saute aux yeux est … le calme des opérateurs et managers dans l’atelier. Ils sont concentrés, ils sont précis, ils savent quoi faire et comment le faire … et ils travaillent en équipe.

    Alors pourquoi un tel écart ? C’est en tentant de répondre aux quatre affirmations citées ci-dessus, que j’essaye de montrer que le Lean n’est pas « paradoxal ».

    http://www.aufildulean.fr/travail-changement-dossier-anact-sur-le-lean/

    Le Lean est « un tout ». Sans la dimension humaine il n’est rien qu’un bouquet de méthodes plus ou moins à la mode…

    Si en chassant le Muda vous détériorez les conditions de travail, ce n’est plus du Lean. Alors arrêtons de vouloir ajouter un couche ergonomique au Lean, car l’ergonomie fait déjà partie du Lean via les 5S, via le travail standardisé, via le kaizen, …

    Cordialement.

  3. nicolas 27 juillet 2014 at 15:35 #

    en complément, voir les risques organisationnels du Lean Management sur la santé au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=470

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 631 autres abonnés