Archive | avril, 2011

L’apprentissage multimodale, de quoi s’agit-il ?

28 Avr

Les entreprises se tournent massivement vers des « solutions d’apprentissage multimodales » : en réalité, de quoi s’agit-il ?

Ces dispositifs ont pour prinicpe la fragmentation des apprentissages avec une alternance d’approches variées (expérientielle, informelle,…)

Ce sont généralement des temps plus courts que les modules de formation traditionnaux : ils font appel aux différents types d’intelligence successivement.

L’adaptation au rythme de chaque apprenant lui permet de devenir acteur de sa propre montée en compétence : il gagne ainsi en auonomie dans le choix des thèmes, du rythme et du moment.

Pourquoi promouvoir ce type de temps-forts ?
La diversité de ce type de dispositif permet à chacun :
  1. De prendre de la hauteur et du recul, de regarder les situations managériales et les enjeux de leur fonction sous un prisme différent : conférences d’expert, cafés philos, world cafés, coaching, mentoring,..
  2. De prendre de l’épaisseur en s’inspirant des pratiques des autres, en développant des compétences certaines : coaching, ateliers de développement, échanges de pratiques, co-développement,…
  3. De progresser à son rythme, mais avec certitude, tout au long de son parcours managérial : ateliers de développement, coaching, 360°,…

Notre prochaine Matinée du Mieux Vivrele 12 mai 2011 de 8h30 à 10h30

 « Les solutions d’apprentissages mutimodales au service des hauts potentiels ».

Un échange de pratiques autour de deux témoignages phares :

Stephen Bensimon, philosophe & Elisabeth Valadeau, country talent manager chez Philips

Pour vous inscire, cliquez sur www.formatys.fr

Aleth Doat

De quelle manière apprend-on en entreprise ?

13 Avr

Voilà une question qui suscite le débat.

Les entreprises dépensent un certain pourcentage de leur masse salariale dans la formation présentielle et de plus en plus à distance. Les apprentissages qui ont lieu lors de ces « stages » programmés, sont dits « formels ». Pourtant, selon certaines études (Cf. Philippe Carré ou encore Victoria Marsick), 70 à 80% des apprentissages se font de manière informelle : au coin d’une table, dans le couloir, à la machine à café… De quoi repenser peut-être la pertinence de formation sous forme de stage ?

Sans vouloir dénigrer la formation présentielle (car elle est tout à fait adaptée dans certaines circonstances), ces études montrent que l’on peut apprendre partout et sans en avoir conscience. Mais comment repérer ces apprentissages informels dans l’entreprise, sans justement « tomber » dans un dispositif formel ?

Anne

Les séniors dans l’entreprise et si on oubliait nos préjugés ?

7 Avr

Trop de séniors ? Pas assez de talents ? et si on parlait enfin du talent des séniors ?

Ou plutôt, si on commençait par casser tous les préjugés qui « collent à la peau » à partir de 45 ans (car c’est bien de cet âge là qu’il s’agit) :

  • Après 45 ans, les collaborateurs rapportent plus qu’ils ne coûtent
  • Les seniors résistent mieux au stress
  • Ils ont une expérience nécessaire aux autres

Or, au lieu de capitaliser sur ces bénéfices, voici en général dans quelle spirale on enferme nos aînés :

  • Changement de regard, changement de comportement des managers,
  • Manque de suivi, de reconnaissance des compétences
  • Formation insuffisante et inadaptée
  • Moins de possibilités d’évolution
  • Démotivation, stress, départ anticipé

 Quelques pistes pour sortir de cette spirale :

  • Pourquoi ne pas appliquer les mêmes règles à tout le monde ? c’est-à-dire ne pas stigmatiser les séniors comme une catégorie « à part » dans l’entreprise : la fonction RH doit garder tous les collaborateurs motivés, quel que soit leur âge.
  • Proposer des portes de sortie clairement annonçées tout au long du parcours professionnel (par exemple, après 15 ans de carrière ou bien tant qu’il est encore temps de rebondir)
  • Rendre les plus expérimentés acteurs de la formation des jeunes arrivants dans l’entreprise.

Aleth Doat