Archive | août, 2011

Formatys, partenaire officiel de la convention de la formation professionnelle

31 Août

Organisé par RH&M, ce grand rendez-vous des responsables de la formation aura lieu le 19 octobre 2011 au Royal Garden (Paris 8ème).

Deux temps-forts seront animés par Valérie Moreau-Vétillart, gérante de Formatys :

  1. Une conférence sur le thème : « Les paradoxes de la formation : enjeux sociaux, managériaux ou économiques ? » Le poids de la formation dans le dialogue social, dans les appels d’offre, dans la notation sociale. L’alternance, palliatif à la formation initiale.
  2. Une table ronde sur le thème: « Mettre le collaborateur au coeur des dispositifs formation. » Grâce à l’apport des nouvelles technologies et des systèmes collaboratifs / Grâce aux nouveaux formats apprenants (pédagogiques, technologiques…) / Les formations : tendances, modes et indémodables… / Une question centrale s’impose : comment les financer ?¨

Une bonne occasion pour rencontrer Formatys, et pour échanger sur les enjeux actuels de la formation profesionnelle.

Un manager… mais c’est quoi au fait ?

30 Août

Soutenir, écouter, s’adapter au fonctionnement de chacun, être juste, laisser de l’autonomie tout en vérifiant l’exécution des tâches, gérer les conflits, faire confiance… Le manager est attendu sur tous les fronts et il y a de quoi en perdre la tête. Entre manque d’envie, manque de temps, et peur de mal faire, difficile de comprendre son rôle et surtout quelles en sont les limites et les priorités. On peut parfois en arriver à laisser complètement de côté la dimension managériale et se réfugier sur l’aspect technique de sa fonction.

Dans mes interventions, j’entends certains directeurs d’entreprise affirmer : « Je n’ai pas à dire à mes managers ce qu’ils doivent faire ou pas ! ». Certes, l’idée n’est pas d’imposer des directives trop rigides. Mais en s’appuyant sur le collectif en impliquant les managers dans la réflexion, il peut être intéressant de définir un cadre commun pour répondre enfin précisément aux questions : « qu’attend-on aujourd’hui de moi ? » et « jusqu’où aller dans l’accompagnement de mes équipes ? ».

A l’heure où les risques psychosociaux sont au centre de toutes les attentions, une chose est sûre, le manager est de plus en plus attendu sur ses compétences humaines. Alors, plutôt que de croiser les doigts pour que la situation s’améliore d’elle-même, pourquoi ne pas se lancer ?

Audrey

Une société où on a supprimé l’ennui et la rêverie…..

3 Août

Pour la sortie de son dernier ouvrage La dictature de l’urgence, Gilles Finchelstein donne quelques repères et pistes pour mieux comprendre le phénomène de l’accélération de la vie en France.

Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, directeur du groupe Euro RSCG Worldwilde, principale filiale d’Havas, et auteur de "La dictature de l'urgence" (Editions Fayard, paru le 12 janvier 2011), est l’invité d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter

Invité d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter, Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, directeur du groupe Euro RSCG Worldwilde, principale filiale d’Havas

Repères sociologiques :
  • Nous disposons de 4 fois plus de temps en dehors de notre travail qu’il y a un siècle sur une échelle d’une vie. Pourtant notre rapport au temps est souvent plus subi que choisi : Chaque instant doit être occupé quitte à faire plusieurs choses à la fois… le temps est saturé.
  • En vingt ans, 5 fois plus de salariés se plaignent de l’intensification du travail, soit 25% aujourd’hui.
  • La procédure d’urgence utilisée pour de nombreux votes de lois est en contradiction avec le rythme nécessaire aux décrets d’application, ce qui instaure un décalage entre la décision et la mise en application.
  • L’extension des temps de transport entre domicile et lieu de travail est-elle devenue une des plus grandes injustices sociales ?
  • Quelle relation établir entre la consommation de psychotropes (pour laquelle la France est en tête) et la dictature de l’urgence ?
Pistes à explorer :
  • Maîtriser son rapport au temps en prenant de la distance avec la technologie
  • Inventer un droit à la déconnexion
  • Créer individuellement et collectivement des espaces de décélération…..
Réflexion personnelle : Et pourquoi pas animer une séance de Tai Chi Chuan cet été sur le lieu du travail  pour prendre conscience de son corps tout en expérimentant la lenteur…  et laisser d’urgence se reposer notre mental ?

Virginie David Cosme

Mieux vivre au bureau cet été

2 Août

Apprendre à se détendre au bureau, au fil des pressions continuelles de nos journées hyper-actives, devrait faire partie de notre hygiène personnelle à tous.

Bureau Zen - crédits Flikr par El Negro Magnifico

Le stress est contagieux, c’est bien connu… Mais la détente aussi !

Une équipe de personnes détendues, qui savent jongler en fonction de leurs besoins individuels, avec des exercices de respiration, de détente musculaire, de visualisation, de rire (…), pour mieux faire face aux événements, dans la souplesse, l’ouverture et l’écoute, est une équipe assurément gagnante !

Alors, à vos marques, prêts ! Voici une suggestion pour faire une sieste flash au bureau !

Le dos bien calé contre un dossier de chaise ou de fauteuil, les pieds posés à plat sur le sol, la tête droite dans le prolongement de la colonne vertébrale, les mains posées sur les cuisses ou sur des accoudoirs. Fermez les yeux et prenez conscience de votre position, des points de contacts entre votre corps et la chaise, vos pieds et le sol. Visualisez les formes de ces contacts, ressentez les températures, les matériaux. Votre corps se détend progressivement, votre respiration est naturelle.

Maintenant, posez votre attention sur votre inspiration : inspirez profondément, lentement comme si vous humiez un parfum et prenez conscience du trajet de l’air et de la perception de l’air dans votre corps :  à travers les narines, dans la cage thoracique, dans le dos, dans le ventre.

A l’expir, laissez votre corps se détendre un peu plus.

Maintenant, laissez venir librement à votre esprit, des images de lieux calmes, des couleurs ou des sons qui vous plaisent.

Profitez de ces instants de détente pour vous recentrer, faire un plein d’énergie et repartir à l’attaque de vos dossiers ! Quelques minutes suffisent !

Nathalie Bergeron Duval