Un droit à l’information et à l’orientation tout au long de la vie

23 Nov

Un droit à l’information et à l’orientation tout au long de la vie

L’orientation relève de l’ensemble des activités qui visent à aider les individus, à tout moment de leur vie, à faire un choix d’éducation, de formation et de profession. Le Centre d’analyse stratégique analyse dans sa dernière note son déploiement sur le territoire, les modalités de son pilotage et ses effets sur l’organisation des services d’orientation.

Un droit à l’information et à l’orientation

Afin de “garantir à toute personne l’accès à une information gratuite, complète et objective sur les métiers, les formations, les certifications, les débouchés et les niveaux de rémunération, ainsi que l’accès à des services de conseil et d’accompagnement en orientation de qualité”, un service public de l’orientation (SPO) a été créé par la loi du 4 novembre 2009 relative à l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie.

Ce service se décline concrètement selon deux modalités :

  • la mise en place d’un service dématérialisé “Orientation pour tous”, composé d’un portail internet www.orientation-pour-tous.fr et d’un service téléphonique (0811 70 3939), financés par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.
  • la structuration au niveau territorial des services d’information et de conseil en orientation qui passent entre eux une convention de coopération, laquelle fait l’objet d’une labellisation intitulée de la manière suivante :

Bien qu’il soit encore en cours de construction, quel bilan peut-on déjà tirer de ce déploiement et comment soutenir et développer son action ? interroge le Centre d’analyse stratégique.

Un bilan contrasté

Le bilan du service public de l’orientation reste contrasté au regard de la couverture territoriale qu’il assure. Lancés le 6 décembre 2011, les deux dispositifs du service dématérialisé sont actuellement dans une phase de montée en charge :

  • Le service téléphonique.

Le nombre d’appels vers le service téléphonique reste pour l’instant en deçà de la fréquentation espérée. En effet, sur la période allant de décembre 2011 à septembre 2012, la plateforme a traité une moyenne de 550 appels par mois, loin des chiffres d’autres plateformes téléphoniques. Malgré ces chiffres en demi-teinte, la diversité des profils des usagers justifie le recours à un outil téléphonique, notamment pour des publics dont le rapport à l’écrit et l’accès aux outils internet peuvent se révéler problématiques.

  • Le portail internet.

Le portail “Orientation pour tous” a reçu en moyenne 3 040 visites par jour entre la date de lancement et septembre 2012, loin des 3,4 millions de visites mensuelles sur le site onisep.fr (mars 2012).

Dans le cadre d’une économie marquée par des mobilités professionnelles accrues et un chômage important, il doit faciliter la visibilité, l’accès et la qualité de l’orientation en s’adressant non plus à des publics spécifiques mais à tous les publics.

Un déploiement qui doit être poursuivi

Selon l’institution, le déploiement doit être accéléré en poursuivant les efforts menés en termes de coordination et de partage de pratiques entre structures et professionnels de l’orientation. La mise en place d’un service d’accueil et de conseil individualisé en orientation “tout public” doit s’inscrire dans un accompagnement renforcé de la professionnalisation des acteurs de l’orientation.

Le Centre d’analyse stratégique avance quatre propositions :

  1. Au niveau national, recentrer l’action du Délégué à l’information et à l’orientation (DIO) sur l’accompagnement et l’évaluation des structures labellisées, en leur fournissant un référentiel commun sur le premier accueil, des modèles types de conventions et un espace de partage dématérialisé pour les professionnels et en encourageant le développement de formations croisées entre structures labellisées, dont pourrait bénéficier en priorité le personnel d’accueil.
  2. Tester des appels à projets financés par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) autour d’initiatives de professionnalisation du personnel et de coordination de structures labellisées (des formations croisées, des rencontres d’échange de bonnes pratiques, des actions communes de communication, etc.).
  3. Assurer une animation régionale du SPO : en renforçant le rôle des comités de coordination régionaux de l’emploi et de la formation professionnelle (CCREFP) dans le pilotage du SPO et en organisant les politiques d’orientation dans le cadre des contrats de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP).
  4. Rendre disponibles sur le portail « Orientation pour tous » des informations sur les débouchés des formations et former les professionnels de l’orientation à leur usage.

Yann-Maël Larher

La Note d’analyse sur le site du Centre d’analyse stratégique