Après l’humain : de l’homme réparé à l’homme augmenté ?

20 Déc
Table ronde avec Simon Bréan, Marc Atallah, Jean-Michel Besnier, Claude Ecken, Pierre-Henri Gouyon, Miroslav Radman, au Colloque « De la science-fiction à la réalité » Mercredi 19 décembre 2012

Table ronde avec Simon Bréan, Marc Atallah, Jean-Michel Besnier, Claude Ecken, Pierre-Henri Gouyon, Miroslav Radman, au Colloque « De la science-fiction à la réalité » Mercredi 19 décembre 2012

Depuis le début des années 2000, se développe l’idée que de nouvelles technologies vont émerger, permettant d’améliorer significativement les capacités physiques et intellectuelles de l’être humain.

Quels scénarios de développement de ces technologies d’amélioration des capacités humaines? Quelles sont leurs implications éthiques et sociétales ? Que serait un monde où les humains n’échapperaient plus aux améliorations technologiques ? Deviendrons-nous tous des transhumains ou des post-humains ? Quelle place pour les individus « non augmentés » ? Quelle frontière entre la réparation et l’amélioration du corps humain ? Le Centre d’analyse stratégique a souhaité alimenter le débat à l’occasion d’une conférence intitulée « De la science-fiction à la réalité ».

Des « post-humains » aux capacités considérables, est-ce encore de la science-fiction ?

De fait, la capacité à manipuler le vivant a beaucoup progressé ces dernières décennies, qu’il s’agisse par exemple d’ingénierie cellulaire ou tissulaire ou de génie génétique.

Toutefois, nous sommes encore loin des visions les plus futuristes proposées par certains auteurs. Dans le domaine des prothèses ou des implants par exemple, des progrès importants ont été accomplis, mais l’artificiel n’est pas encore au niveau du naturel. Dans le domaine des performances cognitives, on constate que l’implantation d’une électrode dans telle ou telle partie du cerveau modifie de telle ou telle manière l’humeur du patient, voire sa capacité de mémorisation, mais on est encore bien incapables d’expliquer pourquoi. Le cerveau garde encore de nombreux secrets.

Pour autant, la science progresse et donc l’hypothèse selon laquelle des technologies d’amélioration de l’être humain pourraient être mises au point, devient chaque jour plus crédible.

Les post-humains : le futur a-t-il encore besoin de nous ?

Si l’offre en matière de technologies d’amélioration des capacités humaines existe un jour, il ne fait guère de doute qu’elle rencontrera une demande. D’ores et déjà, par exemple, de nombreux étudiants aux États-Unis et ailleurs détournent les médicaments destinés au traitement de l’hyperactivité pour augmenter leur concentration. Dans le sport, les cas de dopage font régulièrement la une des journaux. Par ailleurs, des enquêtes indiquent que dans certains pays émergents, notamment en Asie, la perspective de technologies d’amélioration des performances humaines fait l’objet d’une acceptation assez grande, qui contraste avec la méfiance des populations des pays occidentaux, et singulièrement des pays européens.

C’est à ce stade qu’une réflexion collective devient indispensable, afin d’évaluer les opportunités mais aussi les risques que ces technologies pourraient présenter. Dans ce débat, il ne fait aucun doute que la SF a son mot à dire, tant elle a su se montrer imaginative pour proposer des visions, généralement assez sombres il faut bien le dire, de ce que seraient des sociétés dotées de ces technologies.

Yann-Maël Larher

Pour aller plus loin : 

Les technologies d’amélioration des capacités humaines