En 2013, confortez le « vivre ensemble » et le sens du collectif

20 Déc

RAPPORT ANNUEL SUR L’ÉTAT DE LA FRANCE EN 2012 Avis du Conseil économique, social et environnemental présenté par M. Roger Mongereau, rapporteur

La confiance est la clé de toutes les relations humaines mais aussi de la résolution satisfaisante de beaucoup de problèmes actuels. Dans son rapport sur l’état de la France en 2012, le Conseil économique, social et environnemental souligne l’importance de « ré-enchanter le travail ». 

Une œuvre de longue haleine

Il ne s’agit pas seulement de « rassurer les marchés » même si, de cette confiance, dépendent de bonnes conditions de financement de la dette publique et plus généralement de l’économie française. Il s’agit surtout de recréer l’envie de « vivre ensemble », de construire une société harmonieuse où les diverses catégories se comprennent, s’acceptent, souhaitent travailler ensemble pour faire progresser le pays. C’est une œuvre de longue haleine qui doit s’appuyer sur de multiples leviers. Elle est pourtant essentielle, notamment pour que les jeunes générations s’intègrent pleinement dans la France d’aujourd’hui, avec le souci de préparer l’avenir.

La prise de conscience en cours est un point positif. Il est important en effet que les efforts demandés soient compris. Il faut donc œuvrer pour améliorer la compréhension des réalités économiques, sociales et environnementales dans l’ensemble de la population. Alors seulement, comme l’indique le rapport Gallois, des changements de comportement deviendront possibles. les nécessités du développement durable renforcent l’urgence de cette prise de conscience multiforme.

L’existence d’un dialogue social organisé, régulier est, dans ce cadre, indispensable afin de mieux préparer les réformes, de les amender collectivement puis de faire partager la croyance en leur utilité. De même, il y a nécessité de maintenir un dialogue environnemental organisé et régulier, au niveau national et dans les territoires, incluant des temps de débats élargis sur les enjeux environnementaux locaux et globaux.

Le Cese souligne l’importance de « ré-enchanter le travail », de revaloriser à tous les niveaux, depuis la scolarité jusqu’aux postes de travail, la notion de « travailler ensemble » et de restaurer des perspectives de promotion sociale. Pour cela, il faut lutter contre l’ambiance de compétition excessive, mettre fin à l’opacité, aux conflits d’intérêt, aux privilèges de tous ordres. Chacun doit se sentir participant de la société, responsable pour ce qui le concerne de sa bonne tenue mais aussi confiant dans le fait que les autres adoptent une attitude similaire, sans arbitraire. Les entreprises aussi ont une responsabilité sociale et environnementale : elles doivent veiller au bien-être de leurs salariés, reconnaître leurs qualifications, s’efforcer de sauvegarder les emplois.

Comme l’indiquait le rapport annuel sur l’état de la France 2011, il faut recréer du lien social, restaurer la confiance entre les gens, tous azimuts. En définitive, il convient de réaffirmer sans relâche que l’objectif essentiel d’une société est d’accroître le bien-être, le mieux vivre pour tous ses membres, en prônant la solidarité par la réduction des inégalités.

Pour aller plus loin :

Rapport Annuel 2012 sur l’état de la France