Tag Archives: mieux-vivre

Les 10 ans de Formatys

9 Juil

Le 4 juillet 2013, Formatys a fêté ses 10 ans avec ses plus fidèles clients et partenaires. Le soleil était au rendez-vous, et le champagne également !

201307-10ansFormatys-438

Sous la forme d’une agora, nos invités ont participé à 4 ateliers en parallèle. Chacun s’est laissé surprendre par la forme créative des ateliers :

  • un cocktail Mieux-Vivre à représenter,
  • des mots à accrocher sur la « corde du temps »,
  • des animaux dont les caractéristiques font naître des idées opérationnelles,
  • une frise retraçant l’évolution de la qualité de vie au travail.

(Re)-vivez ce moment convivial, riche d’échanges et de sourires, en cliquant ici.

Retrouvez la restitution des ateliers sur ce blog, tout au long du mois de juillet !

A bientôt.

Bel été à toutes et à tous.

L’équipe de Formatys

Investir dans le bien-être au travail.

18 Mai

Le Bien-être au travail: un investissement essentiel et rentable !L’entreprise prend de plus en plus conscience de l’importance d’engager durablement une politique RH prête à aligner le bien-être des individus et les enjeux de l’entreprise, gage d’efficacité et de performance.

Reste à savoir comment la matérialiser…  Lire la suite

Appel à la Bienveillance en Entreprise : rejoignez-nous !

26 Avr

Profitez de cette occasion : il s'agit de pérenniser l'idée qu'une entreprise dans laquelle les relations sont meilleures est plus efficace. Il ne tient qu'à vous de faire perdurer une ambiance conviviale dans votre entreprise.

Pour la deuxième année consécutive, Psychologies magazine lance un appel à plus de bienveillance au travail, l’événement a pour point d’orgue le 13 novembre journée internationale de la gentillesse.  

Formatys a choisi d’apporter son soutien à l’opération. Nous invitons dès aujourd’hui le plus grand nombre d’entreprises à signer cet appel.

Lire la suite

[Sondage] Les cadres ne peuvent plus se passer d’internet

21 Fév

Internet, média des médias, est devenu quasiment incontournable dans la vie quotidienne des français. Qu’il s’agisse de faire un devis pour une prestation, la recherche d’un contact, ou d’effectuer une démarche administrative… internet constitue de plus en plus souvent, la seule solution pour résoudre des opérations courantes.

Mais comment les français appréhendent-ils cette mutation ? L’institut Ifop, c’est penché sur la question et bonne nouvelle, l’influence d’internet dans la vie est perçue de façon positive. En particulier dans la sphère professionnel, où il est perçu comme allant dans le sens d’une dynamique de changement.

Parmi les actifs ou futurs actifs :

  • 70%  adhèrent à l’idée qu’ « internet va changer [leur] façon de travailler dans l’avenir » – et de liberté d’action.
  •  64% à l’idée qu’ « internet me donne plus de liberté dans mon activité professionnelle ».

Pour une majorité de français internet va changer notre façon de travailler dans l’avenir

Fait majeur, l’adhésion à ces notions est particulièrement élevée chez les cadres, catégorie très exposée à internet dans le cadre du travail (respectivement 86% et 87% d’adhésion).

  • 73% du panel affirme ne plus pouvoir « se passer d’internet dans la vie de tous les jours ».

Ce point de vue est largement répandu dans les différentes catégories de population et il est également particulièrement accentué au sein des deux groupes les plus fortement en affinité avec internet : les 15-24 ans et les cadres.

Télécharger les résultats de l’étude internet dans la vie des français 

Google une entreprise attentive au bien-être de ses salariés !

15 Fév

Certaines entreprises l’ont compris depuis longtemps : prendre soin de ses employés, c’est payant.

Crédit : Yang and Yun's Album - Flikr

Google une entreprise attentive au bonheur de ses salariés et à leur créativité !

Rien de mieux pour augmenter la productivité d’une entreprise, réduire l’absentéisme et les accidents de travail. Lire la suite

Le Codéveloppement : un dispositif formateur au service du mieux vivre au travail !

17 Nov

D’origine canadienne, cette méthode propose de rassembler des concepts en apparence contradictoires, « développer l’autonomie en même temps que la coopération », par la forte dynamique du petit groupe. A l’heure où nos entreprises reviennent des systèmes d’hyper individualisation des objectifs, cette proposition d’apprentissage par la réflexion collective sur l’action individuelle s’avère particulièrement pertinente.

Il  s’agit de réunir un groupe de pairs de 8 à 10 personnes d’un même niveau hiérarchique. Formé à la méthode, l’animateur extérieur est chargé de faire progresser le groupe en intelligence collective autour d’une préoccupation professionnelle, exposée par l’un des membres du groupe. Au-delà de la résolution de problèmes, c’est la personne qui est amenée à faire évoluer son modèle de fonctionnement et celui des autres par contamination…

Le format idéal est une série de rencontres d’une demi-journée autour d’un groupe constitué pendant plusieurs mois, afin d’instaurer la confiance et de progresser ensemble. Selon les sujets choisis en fonction de l’urgence des situations, chaque participant est alternativement consultant ou client, dans le double objectif d’apprendre à aider mais aussi d’apprendre à être aidé pour mieux agir!

Virginie David-Cosme

Quels fondamentaux pour les entreprises gagnantes demain ?

19 Sep

Levier fondamental dans un contexte d’accélération des transformations, l’engagement est signe de sens, de vision, d’identité au sein de l’entreprise et d’identification du salarié par rapport à sa société.

Par thinkpanama sur Flikr

L’engagement des salariés aujourd’hui, une des clés pour inscrire la réussite de l’entreprise sur la durée. Lire la suite

Un manager… mais c’est quoi au fait ?

30 Août

Soutenir, écouter, s’adapter au fonctionnement de chacun, être juste, laisser de l’autonomie tout en vérifiant l’exécution des tâches, gérer les conflits, faire confiance… Le manager est attendu sur tous les fronts et il y a de quoi en perdre la tête. Entre manque d’envie, manque de temps, et peur de mal faire, difficile de comprendre son rôle et surtout quelles en sont les limites et les priorités. On peut parfois en arriver à laisser complètement de côté la dimension managériale et se réfugier sur l’aspect technique de sa fonction.

Dans mes interventions, j’entends certains directeurs d’entreprise affirmer : « Je n’ai pas à dire à mes managers ce qu’ils doivent faire ou pas ! ». Certes, l’idée n’est pas d’imposer des directives trop rigides. Mais en s’appuyant sur le collectif en impliquant les managers dans la réflexion, il peut être intéressant de définir un cadre commun pour répondre enfin précisément aux questions : « qu’attend-on aujourd’hui de moi ? » et « jusqu’où aller dans l’accompagnement de mes équipes ? ».

A l’heure où les risques psychosociaux sont au centre de toutes les attentions, une chose est sûre, le manager est de plus en plus attendu sur ses compétences humaines. Alors, plutôt que de croiser les doigts pour que la situation s’améliore d’elle-même, pourquoi ne pas se lancer ?

Audrey

Une société où on a supprimé l’ennui et la rêverie…..

3 Août

Pour la sortie de son dernier ouvrage La dictature de l’urgence, Gilles Finchelstein donne quelques repères et pistes pour mieux comprendre le phénomène de l’accélération de la vie en France.

Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, directeur du groupe Euro RSCG Worldwilde, principale filiale d’Havas, et auteur de "La dictature de l'urgence" (Editions Fayard, paru le 12 janvier 2011), est l’invité d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter

Invité d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter, Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, directeur du groupe Euro RSCG Worldwilde, principale filiale d’Havas

Repères sociologiques :
  • Nous disposons de 4 fois plus de temps en dehors de notre travail qu’il y a un siècle sur une échelle d’une vie. Pourtant notre rapport au temps est souvent plus subi que choisi : Chaque instant doit être occupé quitte à faire plusieurs choses à la fois… le temps est saturé.
  • En vingt ans, 5 fois plus de salariés se plaignent de l’intensification du travail, soit 25% aujourd’hui.
  • La procédure d’urgence utilisée pour de nombreux votes de lois est en contradiction avec le rythme nécessaire aux décrets d’application, ce qui instaure un décalage entre la décision et la mise en application.
  • L’extension des temps de transport entre domicile et lieu de travail est-elle devenue une des plus grandes injustices sociales ?
  • Quelle relation établir entre la consommation de psychotropes (pour laquelle la France est en tête) et la dictature de l’urgence ?
Pistes à explorer :
  • Maîtriser son rapport au temps en prenant de la distance avec la technologie
  • Inventer un droit à la déconnexion
  • Créer individuellement et collectivement des espaces de décélération…..
Réflexion personnelle : Et pourquoi pas animer une séance de Tai Chi Chuan cet été sur le lieu du travail  pour prendre conscience de son corps tout en expérimentant la lenteur…  et laisser d’urgence se reposer notre mental ?

Virginie David Cosme

Mieux-Vivre en entreprise : passer du diagnostic aux propositions

29 Juil

La CFDT ouvre en septembre prochain un grand chantier intitulé « Agir sur le travail ». L’ambition est d’intervenir sur les principales sources de souffrance au travail révélées par les enquêtes préalables : organisation, mode de management, manque de reconnaissance.

Patrick Pierron, secrétaire national explique la volonté de la CFDT de "redonner du sens au travail" et d'"agir en faveur du bien-vivre au travail".

Selon Patrick Pierron, secrétaire national à la CFDT, il s’agit de dépasser la phase diagnostic et de faire des propositions concrètes pour le Mieux-Vivre au travail au travers de l’organisation du dialogue social local.

Des  groupes d’expression animés par des militants « ressources » seront organisés à titre expérimental dans tous types d’entreprises – du grand groupe industriel à la PME – afin de « recréer les conditions d’échanges » sur l’ensemble des dimensions du travail : pratiques professionnelles, difficultés rencontrées…Les cadres de proximité sont invités à témoigner de leurs difficultés à manager « soft » tout en obtenant des résultats « hard » (cf. interview d’un cadre sup de France Telecom dans le numéro 374 de CFDT magazine).

L’objectif est d’associer l’ensemble des collaborateurs afin de comprendre les contraintes de chacun et de permettre peut-être d’y trouver des réponses individuelles et collectives…

Bonne chance à ce projet que nous ne manquerons pas de suivre ! Bilan été 2012.

Virginie David-Cosme

Formatys organise son premier Summer Camp !

18 Juil

Le 17 septembre, Formatys propose une rencontre inédite entre professionnels, clients et partenaires pour comprendre et vivre la démarche Mieux-Vivre.

Ateliers collectifs, apéro, questionnements, partage, débat, créativité, rires : voici les ingrédients nécessaires pour échanger autour de notre thématique « Comment professionnaliser les managers dans les démarches d’amélioration de la qualité de vie au travail ? »

1ère série d’ateliers au choix (14h – 16h)

Atelier 1 : Comment  pratiquer la reconnaissance ? Définitions et échanges de bonnes pratiques à partir d’exercices créatifs.

  • Atelier animé par Murielle Publie, consultante-formatrice sénior spécialiste de l’accompagnement d’équipes dirigeantes.

Atelier 2 : Comment susciter l’engagement d’une équipe ? Comment remobiliser, redonner envie ?

  • Atelier de co-développement animé par Juliette Da Costa, psychologue du travail et consultante en communication.

Atelier 3 : Comment stimuler la collaboration au sein d’une équipe ? L’intelligence de la relation à l’autre pour Mieux Vivre ensemble.

  • Atelier-théâtre animé par Anne Petit-Raybaud, formatrice et coordinatrice pédagogique chez Formatys.

2ème série d’ateliers au choix (16h30 – 18h)

Atelier 4 : La notion de confiance au cœur des problématiques managériales.

  • Café-Philo animé par Stephen Bensimon, philosophe et consultant en négociation sociale, en médiation, et accompagnement de changement.

Atelier 5 : Redonner une place à l’informel dans les communautés managériales.

  • Brèves d’entreprises, causeries et autres conversations animées par Valérie Moreau-Vétillart, dirigeante de Formatys.

Les informations pratiques pour ce Summer Camp :

  • Horaires : de 13h30 à 19h
  • Lieu : Kadrance, 48 rue La Bruyère, 75 009 PARIS
  • Pour toute demande d’information, n’hésitez pas à contacter Aleth DOAT au 06 46 12 06 69.

Comment devenir un acteur majeur du climat social dans son entreprise ?

16 Juin

Deux regards, deux points de vue sur l’entreprise et une complémentarité des approches

Le regard de Bénédicte Chatelier, collaboratrice Formatys

Il est pour moi une évidence que chaque salarié a sa part de responsabilité dans le climat social de son entreprise. Portée par les valeurs auxquelles j’adhère totalement et assurée de la confiance que me témoigne ma direction et mes collègues, il m’est tout naturel de vouloir donner en retour. Ma contribution réside tout simplement et naturellement à me rendre à l’écoute de mes collèguesen tenant compte de leurs besoins, leur charge de travail, leur état d’âme, leur humeur et leurs contraintes.

J’essaie au mieux d’adapter mon attitude aux circonstances. Par exemple :

  • Si je ressens d’un collègue un besoin de parler, je vais faire en sorte de trouver un moment pour l’écouter.
  • Si je ressens d’un collègue un besoin d’isolement, je vais sciemment prendre de la distance.
  • Si je ressens d’un collègue une demande d’aide (même non formulée), je vais essayer de lui apporter mon soutien.
  • Si je ressens d’un collègue un besoin de concentration, je vais faire attention à ne pas l’interrompre.

En fait, faire attention à ces signes permet de respecter l’autre.

Par ailleurs, il est aussi pour moi important de comprendre ce que chacun fait afin de mieux l’appréhender et savoir qui solliciter à bon escient. Des moments d’échanges informels permettent de créer du lien et c’est pourquoi je ne refuse jamais un déjeuner entre collègues ! Se dire les choses en toute franchise et transparence permet de se sentir libre et de ne pas rester avec des non-dits ou avoir de la rancœur. J’essaie de faire attention à ne pas prendre parti et d’entendre les différents points de vue même si je ne les partage pas. La tolérance est un facteur essentiel dans les échanges entre collègues. A chacun sa façon d’apporter sa contribution au climat de son entreprise en fonction de son tempérament, de sa nature, de sa personnalité et de son attachement.

Le regard de Valérie, dirigeante de Formatys

Il est clair qu’en tant que dirigeante, j’ai le devoir et la responsabilité de favoriser et maintenir un climat propice au travail et au développement de chacun, un environnement où chacun trouve sa place et prenne du plaisir à réaliser sa mission, innover et avancer.

Cela suppose plusieurs conditions de ma part :

  • Etre attentive au quotidien et percevoir les zones de crispation, d’inconfort, de fatigue ;
  • Faire confiance et s’appuyer sur la solidité du groupe, particulièrement dans les moments difficiles ;
  • Ne pas chercher à plaire, mais être juste et équitable dans l’action managériale ;
  • Savoir faire des choix et prendre des décisions dans l’intérêt collectif et non selon les souhaits individuels ;
  • Prévoir ce qui pourrait être source d’inquiétude ou de tension pour ajuster les messages et l’accompagnement ;
  • Laisser la place aux désaccords, aux discussions, sources de progrès et de créativité ;
  • Aider chacun à se donner les moyens de ses ambitions, tout en préservant l’esprit d’équipe et d’entraide ;
  • Et surtout, le plus important, ne pas se prendre au sérieux !